Partagez | 
 

 #the ghost of you is close to me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Blake Hollister
tradition is a guide and not a jailer
• Here since : 01/07/2016
• Whispers : 189
• ID Card : benzorris ▹ anouchka
• Faceclaims : dylan bruce
• Disclaimers © : © hepburns (avatar) ▹ halsteadwarren, sarahdierden @tumblr (gifs)
MessageSujet: #the ghost of you is close to me.   Dim 13 Nov - 22:27


Blake Lincoln Hollister
it's hard to say.
∞ Nom et prénom(s) : Son nom vous sera probablement familier, et s’il ne l’est pas c’est probablement parce que vous ne vous intéressez pas à la politique de votre pays, et encore moins de votre état. Ou bien parce que vous êtes totalement inculte et stupide. Oui. Car ce grand brun ténébreux n’est autre que Blake Hollister, l’actuel sénateur de l’état de Géorgie d’Amérique. Alors oui, c’est un personnage public qui fait bien souvent parler de lui, pour son charisme, ses prises de position, ses discours passionnés ou bien pour des rumeurs relevant pourtant de l’ordre du privé, qui viennent entacher sa crédibilité à son plus grand désespoir. Le prénom Blake n’a pas été choisi par hasard. Bien sûr, la famille extrêmement riche et conservatrice dont il provient, avait pour habitude de transmettre le nom d’un défunt de la famille s’étant illustré en son époque. Blake n’y a pas échappé. Parce qu’il est le premier né de la famille mais aussi parce qu’il est le seul homme capable de faire perdurer encore un peu plus le nom d’Hollister –bien sûr à cette époque, tout le monde ignorait encore à quel point ils pouvaient se tromper. Blake était donc naturellement le prénom de son arrière grand père, qui a porté les armes et s’est battu pour son pays, pour cette Amérique qu’ils aiment tant. Comme la tradition l’oblige de plus, Blake porte un second prénom, qui n’échappe pas à une signification toute particulière. En effet, ses parents ont décidé d’accoler à son premier prénom, celui de Lincoln, en mémoire de ce cher président américain républicain, ou autrement dit le modèle philosophique de sa chère et tendre mère.▹  ∞  Âge : Aujourd’hui, Blake a trente-six ans et il se dirige doucement mais surement vers la quarantaine. Cela ne lui fait pas peur, bien au contraire, car il sait pertinemment que l’âge est un facteur de maturité et a une valeur certaine dans le domaine dans lequel il évolue, celui de la politique. Si beaucoup commence à le taquiner –et notamment sa très chère sœur- sur son âge, sur ses quelques rides qui commencent à se dessiner aux coins de ses yeux et sur ces quelques cheveux blancs qu’elle a commencé à repérer de temps à autre, certains autres ont tendance à le trouver encore trop jeune pour ses ambitions. En effet, sa carrière et son poste actuel sont assez impressionnants pour une personne n’étant âgée que de trente-six ans finalement et il n’est pas peu fier de cela.   ∞ Date et lieu de naissance : : Blake est né il y a donc trente-six ans de cela, le jour de la fête nationale américaine, ceci montrant toute la symbolique de l’homme qu’il est et qu’il représente aujourd’hui. Il est donc né le 4 Juillet 1980 sous le soleil de Los Angeles. Si ce n’est pas dans la ville des anges qu’il a grandi, c’est pourtant ici qu’il a poussé ses premiers cris. La raison à cela ? Un voyage d’affaire de son géniteur auquel sa femme l’avait accompagné, parce que cela semblait être une coutume à une certaine époque, une coutume plus que révolue aujourd’hui d’ailleurs. Pas parce que le patriarche de la famille Hollister ne travaillait plus non, mais parce que l’amour qui semblait faire vibrer le couple n’est plus ce qu’il était et tout le monde en a conscience, sauf peut-être les concernés qui tentent tant bien que mal de sauver les apparences.   ∞ origine(s) et nationalité : S’il y a une chose à laquelle tient particulièrement la famille Hollister, c’est bien ses origines et son sang. Car oui, en bons conservateurs qu’ils sont, ils adorent crier à tort et à travers qu’ils sont des américains pure souche et totalement fiers de l’être. Si pour beaucoup cela semble agaçant, Blake se fiche un peu de cet élément. Bien sûr il est fier d’être américain- parfois même un peu trop- mais il n’attache pas plus d’importance que cela à l’origine, tant que celle-ci ne vient pas entacher sur le respect et la bienséance de la population. Et c’est parfois là que cela bloque. ∞ Orientation sexuelle : Cela ne fait l’ombre d’un doute, Blake aime bien trop les femmes – et plus particulièrement la sienne, pour n’être autre qu’hétérosexuel. Il ne s’est jamais interrogé sur sa sexualité et ne le fera probablement jamais. De toute manière, en tant que bon républicain, il n’est pas très ouvert d’esprit sur la question.  ∞ Métier/études : Blake Hollister a toujours été jalousé de bon nombre de ses camarades d’école et même de ses confrères actuels. Parce qu’il a un talent inné pour l’apprentissage, qu’il fait bien trop souvent preuve d’une intelligence et d’un pragmatisme déconcertant et qu’il a toujours excellé dans tout ce qu’il a entrepris – sauf peut-être dans l’art d’être un époux parfait. Dès son plus jeune âge, il a su qu’il voulait apporter sa pierre à l’édifice, celui qui se construisait autour d’eux, celui qui menait la vie de tous les américains, celui qui garantissait l’ordre et la paix sociale. Il voulait faire parti de ces personnes qui dirigeaient d’une main de fer le pays et qui garantissaient à tous les citoyens une vie meilleure et quelque part la possibilité de vivre ce rêve américain dont tout le monde parle. Alors pour cela, il a travaillé. Il n’a jamais baissé les bras et s’est toujours donné les moyens de réussir. C’est pourquoi il a obtenu son diplôme avec brio et surtout avec la fierté de son père, avant d’entrer enfin dans ce qu’il désirait, la vie politique américaine. Blake s’est peu à peu fait une place dans les rouages de la politique qui ne semblaient faire de cadeau à personne. Bien sûr, son nom l’a aidé à gravir les échelons mais c’est sans conteste son charisme et sa détermination qui l’ont permis d’en arriver où il est aujourd’hui. D’abord élu à la chambre des représentants de l’état de Géorgie, puis procureur de ce même état, il devient, il y a trois ans de cela, sénateur de l’état de Géorgie. Fonction qu’il prend très à cœur et qu’il n’est pas près d’abandonner. C’est en fier républicain que l’homme s’affiche et compte bien s’afficher encore longtemps. Bien sûr, il ne compte pas s’arrêter à cette élection, car son rêve est et sera toujours celui du bureau ovale, celui de la maison blanche qui fait tant rêver les hommes dans son genre. Enfin, ceci semble pour l’heure un brin compromis de part ses quelques affaires personnelles qui sembleraient bien prendre le pas sur sa vie professionnelle. ∞  situation financière : Blake est issu d’une famille riche, très riche. Le genre qui expose son argent à tout va et qui se croit constamment supérieure. Et s’il a grandi dans la luxure et la démesure, cela n’a pas vraiment changé aujourd’hui. Parce que sa fonction fait qu’il gagne très bien sa vie, qu’il manie parfaitement l’art de l’investissement notamment immobilier et boursier, et qu’il sait extrêmement bien gérer son argent. Si bien que cela lui permet aujourd’hui d’avoir un train de vie plus que confortable, assez pour rouler en voitures de luxe et pour offrir des bijoux hors de prix à sa femme quand il juge qu’elle le mérite, ou bien pour se faire pardonner. ∞ situation amoureuse : C’est un secret pour personne, Blake Hollister est marié depuis plusieurs années, trois pour être tout à fait exact, avec la belle et plantureuse Adelia Hollister, autrefois Fairchild. Il lui a fait sa demande après trois années de relation, pourtant mouvementées mais totalement passionnées avant de s’envoler pour Vegas et de s’y marier sur un coup de tête. Si le couple que forment Adelia et Blake est parfois fluctuant, ils n’ont absolument jamais douté de l’amour qu’ils portaient l’un à l’autre. Avant de la rencontrer, Blake ne croyait pas vraiment en l’amour. Il avait même une réputation qui le précédait, celle d’un séducteur exacerbé qui ne s’intéressait qu’à l’assouvissement de ses désirs avant de mettre un terme à tout ce qui pouvait relever d’une relation stable, sérieuse et monogame avec une femme. Puis, il a rencontré Adelia et ses idéaux ont volé en éclats. Il est tombé amoureux, pour la première et pour la dernière fois. Cet homme à la carapace pourtant impénétrable était tombé éperdument et follement amoureux de cette femme pour laquelle il serait prêt à absolument tout. Cela à ses détriments d’ailleurs. Car la passion, l’amour à trop forte dose a tendance à faire des dégâts sur son passage. Et dieu sait que Blake en faisait. Car bien souvent, Adelia avait la fâcheuse tendance à le faire sortir de ses gonds, à le faire être un homme terriblement impulsif et irréfléchi, un homme possessif, jaloux et protecteur à l’excès. Alors oui, leur vie de couple n’est pas simple et ce depuis le premier jour, il y a six ans de cela. Ils se disputent aussi souvent qu’ils se réconcilient et ont un véritable problème à partager l’autre. C’est simple, Blake ne supporte pas que quel qu’homme qu’il soit s’approche d’elle, que ce soit en ayant de bonnes ou de mauvaises intentions. Cela a d’ailleurs valu quelques coups bien placés de la part de Blake, n’ayant de toute évidence pas réussi à canaliser sa colère. Il ne supporte pas ce regard que peuvent avoir certains hommes sur sa femme et il ne supporte pas ne pas savoir où elle se trouve en permanence et ce qu’elle fait. Non pas qu’il n’ait pas confiance en elle, bien au contraire mais c’est en tous les hommes qui l’entourent qu’il n’a pas confiance. Ceci étant, si leur amour semble terriblement fort, il y a quelques éléments qui viennent ponctuellement entacher leur histoire. Notamment les parents de la jolie Adelia qui se sont donnés pour mission de mettre un terme à ce mariage avec un acharnement assez impressionnant. Si Blake se fiche bien en apparence de leur avis, il semblerait que ses détracteurs aient réussi à l’atteindre ? Comment ? En le mettant face à ses démons et à son impulsivité débordante. Une dispute avec Adelia, des paroles prononcées dépassant leurs pensées, et quelques gestes non maîtrisés ont fait qu’Adelia glissa sous l’impulsion de Blake et se retrouva avec quelques bleues, justifiant selon la famille Fairchild de mettre en œuvre une demande d’éloignement à son encontre. Si c’est la chose la plus difficile à laquelle Blake a été confronté, parce qu’il aura beau dire tout ce qu’il veut, mais il est totalement dépendant d’Ade et ne sait absolument plus comment vivre sans elle ; cela a aussi des répercutions sur sa carrière, ô combien importante pour lui. Cette histoire pourrait bien avoir de très mauvaises conséquences sur ses ambitions…  ∞ Situation familiale : La famille Hollister est connue et reconnue. Elle fait et a toujours fait parler d’elle. Parce que c’est une famille importante, influente et particulièrement impressionnante dans le milieu, mais aussi et surtout parce qu’on est jamais à court d’histoires à raconter sur chacun des membres de la famille. Fils d’un médecin et d’une politicienne à son image, Blake ne pouvait qu’être l’homme qu’il est aujourd’hui. Il est l’aîné de la famille et a toujours reçu en ce sens une pression assez impressionnante mais cela ne l’a jamais réellement dérangé, lui donnant davantage un moteur pour avancer et les rendre fiers. Il prend très à cœur son rôle d’aîné et a toujours surprotégé, de manière parfois un peu dure, son petit frère et sa jeune sœur. Pour lui, ils sont très importants et il serait près à absolument tout pour eux. Il les aime comme il n’aime personne au monde même s’il ne leur dit jamais et a bien du mal à leur montrer. En effet, Blake sera bien plus souvent accusateur, dur et moralisateur avec eux. Il appuiera là où ça fait mal et leur mettra une pression monstre sur les épaules, simplement pour les faire progresser et aller dans le droit chemin – ou celui qu’il juge comme étant le droit chemin. Il manque cruellement de tact et de diplomatie avec eux, mais il est persuadé que c’est pour leur bien, que ce soit envers Bran, son frère ou envers Charlie, sa petite sœur. Aujourd’hui, et parce que cela semble être dans l’ordre des choses, Blake a formé une nouvelle famille avec sa femme, Adelia. C’est eux contre le reste du monde, c’est eux dans leur monde, dans leur bulle, sans que personne ne parvienne à les comprendre ou à venir s’y immiscer. Et si la logique et leur âge respectif voudraient qu’ils songent à agrandir leur famille, ce n’est pourtant pas à l’ordre du jour et cela ne le sera catégoriquement jamais selon les dires de Blake. Il ne veut pas d’enfant, parce qu’il n’a pas le temps de s’occuper d’enfant et qu’il ne les apprécie pas plus que ça. Il est d’ailleurs bien heureux d’être sur la même longueur d’onde avec Ade sur le sujet. Les Hollister devront donc se reposer sur Bran pour faire perdurer leur nom. ∞ caractère : Blake est un homme particulièrement complexe. Un homme à plusieurs facettes dont beaucoup ont un mal fou à le comprendre et à l’analyser. Ce n’est pourtant pas faute d’essayer. Il n’est pas rare de voir des portraits ou des articles sur sa personne dans la presse, sans que les journalistes ne parviennent réellement à le percer à jour. Mais c’est pour Blake une bonne chose, car il aime préserver sa vie personnelle, il aime laisser planer un certain mystère qui questionne, intrigue et attire parfois. Et ce n’est pas son regard ténébreux qui vient arranger cela. C’est simple, s’il est possible parfois de lire comme dans un livre ouvert rien qu’en regardant une personne, cela n’est absolument pas le cas de Blake. Il est bien trop souvent énigmatique et toujours dans la retenue, du moins la plupart du temps. Car il lui arrive de lâcher prise, mais cela n’est jamais très bon. Blake est par ailleurs quelqu’un de très ambitieux, de fonceur et qui ne se laisse jamais marcher sur les pieds. Lorsqu’il a une idée en tête, il s’y attèle afin d’y parvenir et donnera tout ce qui est en son pouvoir pour y accéder. Pour lui, les rêves ne sont pas uniquement faits pour rêver mais pour être réalisés. Il n’a pas de limite et dès qu’il souhaite quelque chose il fera tout pour y parvenir, ce qui est tout à son honneur car quand les choses comptent pour lui, il se battra pour jusqu’au bout. Pour lui, l’ambition fait partie de sa vie depuis toujours et c’est donc naturel pour lui d’être constamment le meilleur. Son esprit de compétition, son égo un brin surdimensionné et sa ténacité font qu’il a besoin d’atteindre le sommet, la place la plus haute. C’est d’ailleurs pour cela qu’il a pour ambition de fouler la maison blanche et de s’y installer un jour. Pour cela, Blake se donne les moyens et est parfois très dur avec lui-même ou avec son équipe. Il déteste la défaite et encore plus d’être second. Il veut être le meilleur ou rien. Cela a tendance à le rendre un brin rigide et froid, mais c’est ainsi qu’il est et il n’est pas prêt à changer pour autant. Cette tendance à vouloir être le meilleur le pousse bien souvent à se mettre en avant sans qu’il ne l’ait réellement voulu ni calculé. S’il n’aime pas dans la vie de tous les jours, dans la vie privée, être le centre d’attention –sauf peut-être avec les femmes- il adore ça dans le cadre de son travail. Il aime s’imposer par son charisme, son talent à convaincre les foules et à négocier. Très investi dans son travail, il sait comment capter des foules, et ce même lorsqu’elles n’appartiennent pas forcément au parti politique qu’il représente. Et si dans le cadre de son job, Blake s’exprime beaucoup, qu’il monopolise bon nombre de conversations, ce n’est absolument pas le cas en privé. En effet, il a plus tendance à rester en retrait, à écouter, observer et analyser. Il n’est, dès lors que l’on quitte son domaine de prédilection, pas un grand bavard. Bien au contraire, il a souvent du mal à s’exprimer et à extérioriser ce qu’il pourrait ressentir. C’est d’ailleurs bien trop souvent ses poings qui parlent pour lui dans ces conditions. Car oui, depuis son plus jeune âge, Blake a toujours eu le coup de poing facile. S’il s’est calmé par rapport à son adolescence et depuis qu’il est en fonction, il lui arrive encore de perdre son sang froid lorsque cela concerne Adelia. Allez savoir pourquoi. Blake n’en reste pas moins quelqu’un sur qui on peut se reposer, qui saura vous sortir d’affaire ou vous rendre service si vous savez comment lui demander. Il n’est pas toujours l’homme terrible et cruel qu’on dépeint.   ∞ Groupe écrire ici.

♡ Sometimes some things never change ever

 ∞ Depuis combien de temps vivez-vous à Savannah ? Si Blake n’est pas né à Savannah, il y a pourtant toujours vécu. Savannah est sa terre natale, là où se trouve ses racines, sa vie, là où il a évolué, où il a grandi et s’est vu briller et grimper peu à peu les échelons. C’est aussi là où il a rencontré pour la première fois sa femme, là où il a eu quelques déboires mais là où finalement, tout le ramène. S’il se moque souvent des traditions un brin ringarde de la ville, il ne se voit pourtant pas vivre ailleurs ou du moins, pas de manière permanente. S’il aspire à une grande carrière, il n’aspire pas comme beaucoup à faire le tour du monde. Pour lui, sa vie est américaine et plus encore à Savannah. Ceci même s’il est souvent en déplacement, il revient toujours à Savannah. ∞ Quel est selon vous, votre plus beau souvenir ? Cela va sembler banale et totalement cliché mais son plus beau souvenir est le jour où il s’est uni pour le meilleur et pour le pire avec celle qu’il considère comme la femme de sa vie. Ce n’était absolument pas romantique, puisque cela s’est déroulé sur un coup de tête dans une petite Chapelle à Las Vegas, mais le regard d’Adelia lorsqu’elle lui a dit oui, vaut pour lui, tous les souvenirs du monde.   ∞ Quelle est votre fête favorite et pour quelle raison ? S’il n’est officieusement pas vraiment branché fête, il est pourtant au rendez-vous pour chacune d’entre elles. Parce que la famille est importante pour lui, les traditions mais aussi parce que finalement, sa position fait qu’il est obligé de passer par là en tant que représentant et personnage important pour l’Etat de Géorgie et par conséquent pour Savannah. Cependant, s’il s’y prête au jeu, il ne le fait pas toujours de bon cœur. Mais il serait mentir que d’affirmer qu’il n’a pas une fête favorite. Et cette dernière est exactement celle qui reflète la personne qu’il est. Car oui, sa fête favorite est la fête nationale américaine. Pas parce que c’est aussi le jour où il célèbre son anniversaire, mais parce que cela sous-tend la grandeur de l’Amérique et qu’en tant qu’homme politique, il a toujours un rôle à jouer dans ce genre d’événement politique. ∞ Que pensez-vous des traditions de Savannah ? Y participez vous ? Comme dit précédemment, Blake n’est vraiment pas le genre à se prêter à ce genre de tradition qu’il juge parfois ridicules, mais il s’y prête parce que sa fonction le veut et qu’il arrive bien trop souvent à sa famille ou même à Adelia de le traîner dans ce genre d’événement. ∞ Si vous possédiez une boîte à souvenir, que pourrions-nous y trouver ? Des tonnes et des tonnes de discours politiques passionnés, des moments partagés avec sa famille, avec ses parents, sa petite sœur - et même avec sa progéniture- son frère –probablement plus de temps à lui faire la morale qu’autre chose- mais surtout le moindre instant passé au côté de sa femme Adelia. De leur rencontre fortuite à leur mariage à Los Angeles, en passant par toutes leurs disputes et leurs réconciliations … Ce jour où il lui a pour la première fois dit qu’il l’aimait, ce jour où il a cru qu’il allait la perdre, ce jour où elle lui a fait comprendre que c’était eux contre le reste du monde. Adelia est son tout, sa vie, sa bouée de sauvetage sans laquelle il se noie complètement. Et dieu seul sait comment il compte faire sans elle aujourd’hui …
I can feel the heat rising ♡

01. Il est très dévoué à son travail, parfois même un peu trop selon son entourage. Car oui, Blake ne compte pas ses heures, a tendance à être intransigeant, voir désagréable avec son personnel – sauf peut-être avec Ava, et encore – et fait parfois passer ses ambitions avant tout le reste, mais il tente parfois, tant bien que mal que faire passer ses proches avant. Mais ceux-ci sont bien conscients et habitués à ce que Blake disparaisse de la circulation lors des grands évènements politiques ou des grosses campagnes électorales. 02. C’est typiquement le genre de personne à ne jamais donner de nouvelles et à reprocher aux autres qu’ils ne le fassent pas. Très pris par sa vie de manière générale, il est courant pour lui de complètement zapper d’appeler ou d’envoyer un message à son frère et à sa sœur histoire de leur faire savoir qu’il est toujours en vie. Cela lui arrive même avec Adelia, mais là, les choses sont différentes parce qu’elle n’hésite pas à l’appeler pour l’incendier pour cette faute. 03. Même s’il a dû mal à lui démontrer au quotidien, qu’il n’est pas forcément très expressif et attentionné, Blake sait pertinemment qu’Adelia est la femme de sa vie, qu’elle est celle avec qui il passera sa vie et qu’il n’aimera jamais personne autant qu’il ne l’aime. Avant de la connaître, il était d’ailleurs persuadé que l’amour n’existait pas. Erreur qu’il a très rapidement compris dès lors qu’elle se fut immiscée dans sa vie, dans son cœur. 04. Lorsqu’il se met devant la télévision, et plus encore devant des débats politiques, il a tendance à tout commenter, qu’il soit seul ou non, il a besoin d’exprimer à haute voix ce qu’il pense. Il peut même s’énerver devant son écran sans que cela ne lui pose le moindre problème. 05. Il a un tatouage qu’il s’est fait il y a quelques années de cela en dessous de la clavicule sur la droite. C’est un tatouage très discret puisqu’il s’est inscrit à l’encre noire le surnom de sa femme « Ade » sans plus d’artifice. C’est un tatouage qui compte énormément pour lui, alors même qu’il n’est pas franchement le genre d’homme à se faire un tatouage à la base. Mais il aimait tout particulièrement le fait de se graver Adelia dans la peau, pour toujours.  06. Dès que son agenda lui permet, il va courir au petit matin, ou bien le soir sur les coups de vingt-deux heures, histoire de s’entretenir mais aussi de se vider la tête à l’abri des regards. 07. S’il n’est pas un très grand pratiquant, il est pourtant croyant. Parce qu’il a grandi dans une famille protestante et que les valeurs religieuses ont toujours été très présentes dans ses idéologies, notamment politiques. 08. Presley est la personne qui se rapprocherait le plus d’une meilleure amie pour Blake. Bien sûr, son incapacité à s’ouvrir et à admettre de potentiels sentiments font qu’il ne l’avouera jamais et ne posera pas de statut officiel à ce qu’il a avec la jeune femme, mais c’est pourtant ce qu’elle est. Elle compte beaucoup pour lui, et pas seulement parce qu’ils ont eu une relation particulièrement mouvementée et charnelle à une époque, mais parce qu’elle a toujours été là pour lui lorsqu’il en avait besoin et que la réciproque est aussi vraie. Alors oui, cette relation ne plait absolument pas à sa femme qui n’hésite pas à lui faire remarquer, mais il s’en fiche, car au fond, il sait qu’il n’a absolument rien à se reprocher. Cela fait bien longtemps que leur relation est des plus platoniques et amicales. 09. Sa penderie est assez impressionnante. Il a énormément de costumes, tous différents selon lui, mais qui se ressemblent bien trop selon Charlie. Ils sont tous taillés sur mesure et il y prend grand soin. 10. S’il joue parfois le jeu en laissant son chauffeur le conduire où il souhaite, il préfère largement emprunter l’une de ses propres voitures et la conduire lui-même. Il aime conduire et plus particulièrement avant un débat, une prise de position importante. Cela lui permet de se détendre et de penser à autre chose. 11. Il est beaucoup trop maniaque. Le genre de maniaquerie qui en ferait pâlir plus d’un. Sa demeure est constamment propre et si ce n’est pas le cas, il serait capable de faire un grand ménage, de fond en comble au beau milieu de la nuit sur un coup de tête, alors qu’il a pourtant engagé une femme de ménage pour le faire. S’il a eu du mal à trouver la bonne, cela faisait plusieurs années qu’il a engagé Elsa qui est pour lui une perle rare dont il n’a pas voulu se séparer même après son mariage. Adelia n’est pas forcément du même avis que son époux sur la question, mais elle a fini par céder après moult négociations. Car il faut dire qu’avec une femme aussi désordonnée qu’Adelia, la présence d’Elsa s’imposait encore plus. 12. Il porte des lunettes pour lire depuis quelques années. Il déteste l’air qu’elles lui donnent, si bien qu’il ne les porte qu’en cas d’extrême nécessité, c’est à dire jamais devant les caméras. 13. Blake a une cicatrice au niveau de l’abdomen depuis ses vingt-deux ans. Cela fait suite à une opération qu’il a dû subir après un accident de voiture dont il était finalement responsable et que son équipe a bien camouflé lors de chacune de ses campagnes. Si personne n’a été tué lors de cet accident, certains n’en sont pas sortis totalement indemnes. Cependant, il n’en parle jamais. 14. Il pense très sincèrement que Shonda n’aurait pas dû tuer Derek dans Grey’s Anatomy. Blake Hollister a un avis sur la question car oui, Adelia l’a forcé à de nombreuses reprises à regarder cette série qu’il juge ridicule mais à laquelle il s’est finalement pris au jeu. 15. Il a un vrai faible pour le vin rouge et pour le bourbon. 16. S’il n’est pas très adepte des bijoux – excepté son alliance bien évidemment- il a une collection assez impressionnante de montres en tout genre. Toutes plus chères les unes que les autres certes mais il en est plutôt fier. 17. S’il ne cuisine jamais, parce qu’il n’a pas le temps pour cela et que lui et son côté un brin macho font qu’il a tendance à penser que c’est une affaire de femme, il cuisine pourtant plutôt bien. Mais cela peu de personne le savent, sauf peut-être son petit frère qui cuisine encore moins que lui. 18. Même si aujourd’hui il n’a plus forcément autant de temps qu’à une certaine époque, Blake aime beaucoup lire. Cela le repose et lui permet de s’aérer l’esprit le temps d’un court moment. Il a chez lui une bibliothèque immense renfermant bon nombre d’ouvrages qu’il a presque tous lu. Il est particulièrement friand de la littérature classique mais il a bien entendu bon nombre d’ouvrages politiques à son actif. 19. Il est très sanguin. S’il fait souvent preuve d’un calme olympien et de contrôle de lui-même – chose qu’il a appris difficilement à faire au fil du temps- lorsqu’il s’énerve et plus encore lorsque la raison lui tient à cœur, il peut se montrer très virulent et parfois violent. Mais s’il s’énerve assez vite, il redescend aussi rapidement. Il n’est absolument pas le genre de personne à vivre dans la rancœur pendant des jours, voir des mois. Sauf peut-être lorsqu’il s’agit de la situation actuelle. S’il sait qu’il l’aime et qu’il est responsable de ce qu’il se passe, il en veut à Adelia et refuse par conséquent tout contact avec elle depuis quelque temps. 20. Il ne prend jamais un refus comme une réponse. Jamais. Surtout si cela ne va pas dans son intérêt.  
∞ Pseudo/prénom : benzorris, Anouchka  ∞ Âge : 23 yo  ∞ Comment avez-vous  découvert nomduforum ? excellente question, dont je ne vous dirais la réponse, sinon je devrais vous tuer.  ∞ S'agit-il d'un inventé ou scénario ? : inventé, tout droit sorti de mon esprit tordu. ∞ Possédez-vous d'autres comptes ? oui, beaucoup trop.  ∞ Un dernier mot  ? Adelia is the best.
© here we go again 2017


_________________



    one love, two mouths,  one love, one house ≡ no shirt, no blouse just us, you find out.


Dernière édition par Blake Hollister le Dim 12 Fév - 13:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Blake Hollister
tradition is a guide and not a jailer
• Here since : 01/07/2016
• Whispers : 189
• ID Card : benzorris ▹ anouchka
• Faceclaims : dylan bruce
• Disclaimers © : © hepburns (avatar) ▹ halsteadwarren, sarahdierden @tumblr (gifs)
MessageSujet: Re: #the ghost of you is close to me.   Dim 13 Nov - 22:29


I.
and when i first met you, there was a garden growing from a black hole in my mind
Devant le miroir de l’arrière salle, Blake observe son reflet. Il sait qu’il a de la prestance, il sait qu’il est élégant et bel homme, il en a conscience. Mais il sait que cela tient au fait qu’il veille toujours au moindre détail. Parce qu’il se sait observé. Il sait que les journalistes, les chroniqueurs et pire encore, ses collègues et soi-disant amis politiciens scrutent la moindre petite erreur, le moindre faux pas qui pourrait l’affaiblir et le montrer sous un jour qu’il ne souhaiterait dévoiler pour rien au monde. C’est pourquoi il replace les quelques mèches de cheveux mis en bataille par les doigts délicats de Presley Daniels, tire sur le bas de sa veste de costume, replace sa cravate droite et réajuste sa ceinture. Une fois ceci fait, le grand brun s’arrête sur ses lèvres, légèrement rosies par le rouge à lèvre de Presley. Il retire immédiatement le reste de ses déboires avant de sentir des mains venir lui entourer la taille. Un mince sourire apparaît alors sur son visage bien trop souvent sérieux, sans pour autant qu’il ne dise quoi que ce soit. Si la plupart des gens connaissent Blake Hollister comme un orateur aguerri, comme une personne passionnée et aimant parler pour convaincre les foules, ceux qui le connaissent réellement savent qu’en privé, Blake n’est pas le genre à s’étendre verbalement sur quoi que ce soit. Non. Bien au contraire, il a tendance à tout garder à l’intérieur, à se terrer dans le mutisme et à ne pas perdre de temps pour dire des choses qui n’ont selon lui aucun intérêt. C’est Blake. Il n’est pas bavard, loin de là, pourtant, tellement de chose passe par son regard et plus encore par son sourire qui se fait rare ces derniers temps. Le fait est que ce rictus ne voit le jour que lorsque Presley est présente. Et dernièrement pour une autre raison. « Prêt ? » Il acquiesce immédiatement, alors qu’elle dépose doucement son menton sur son épaule, toujours positionnée dans son dos. Il observe le reflet de la jeune femme dans le miroir avec ce même sourire bienveillant, alors qu’il fait doucement glisser ses doigts entre ceux de la jolie brune. A les voir ainsi, Blake et Presley donneraient presque l’illusion d’être un couple. Le fait est qu’ils ne le sont pas, loin de là. Mais elle représente, hormis sa famille, tout ce qu’i a. Bien sûr, les apparences montreront qu’il est constamment entouré mais la vérité démontre qu’il est plus seul qu’il en a l’air. Cela ne le dérange pas, bien au contraire, cela est en parti de sa faute. Parce qu’il a un mal fou à faire confiance et parce qu’il n’est, la plupart du temps, dénué de tout amabilité. C’est un défaut, sur lequel il essaie certes de travailler pour le bien de ses aspirations professionnelles, mais c’est un défaut qui le caractérise bien plus qu’il n’y paraît. Presley n’est pas sa petite amie, et probablement ne le sera-t-elle jamais. Parce que malgré toute l’affection qu’ils peuvent se porter l’un à l’autre, malgré le fait qu’il ne voit pas sa vie sans elle, qu’il se sent parfois un peu trop dépendant d’elle, qu’il aime beaucoup trop leur petites rencontres fortuites pour s’envoyer en l’air, et que quelque part, il l’aime profondément, il sait que cela n’a rien à voir avec de l’amour véritable, celui d’une relation saine et construite. Elle est sa plus proche amie, et peut-être même la seule. Alors oui, ils ont une relation des plus particulières qui les amène bien trop souvent à finir dans le même lit, mais ils ne sont qu’amis, rien que des amis. « Tu vas encore tous les subjuguer. » Derechef, il esquisse un sourire alors qu’il se tourne pour se retrouver face à elle. Recevoir des compliments est toujours plaisant, mais ça l’était particulièrement pour Blake lorsque cela avait pour but de flatter ses compétences professionnelles quant à ses capacités à séduire son auditoire. Ce n’était pas une tâche facile. Parce qu’il représentait un parti bien trop souvent désavoué et qualifié d’archaïque et misogyne – encore plus aujourd’hui avec des personnes comme Donald Trump dans leur rang. Blake Hollister est républicain, un républicain pur souche qui croit en la tradition et qui est persuadé de détenir le programme politique qui permettra un meilleur rayonnement du pays. Il est passionné et c’est probablement cela qui le rend si particulier. Parce qu’il croit fermement en ses idées politiques et qu’il sait pertinemment comment  faire adhérer à sa cause. Et c’est cela qui convint bien souvent les foules. Doucement, il dépose ses lèvres sur la joue de Presley avant de s’éloigner d’elle. « Peut-être qu’un jour toi aussi tu seras subjuguée. » Un clin d’œil taquin à l’adresse de Presley fait doucement rire la demoiselle. Le fait est qu’ils étaient amis alors qu’à peu près tout les séparait. En commençant par le fait qu’il était républicain et elle démocrate. Mais il s’était donné pour mission de la remettre politiquement dans le droit chemin, quand il était conscient que cela ne serait pas une mince affaire. Ceci étant, il remettait cela à plus tard, car pour l’heure, il avait rendez-vous sur l’estrade spécialement dressée pour sa venue, dans l’enceinte de l’établissement dans lequel il se trouvait. Un dernier coup d’œil à son reflet et Blake se dirige vers la scène. Sur le chemin, une petite brune dynamique, dont les bras sont chargés de dossiers et notes en tout genre, se rue vers lui. Elle semble bientôt plus angoissée qu’il ne l’est à l’heure actuelle. « Monsieur Hollister, ça fait un moment que je vous cherche, où étiez-vous passé ? » Elle est affolée. Affolée parce que Blake doit monter sur scène d’une minute à l’autre et qu’ils n’ont pas eu le temps de faire ce débriefing qu’ils ont pour coutume de faire avant chaque discours. Elle est affolée parce qu’elle n’a pas pu lui donner les dernières informations tombées et surtout les chiffres importants qu’il allait devoir fournir pour un meilleur encrage dans les esprits. Blake n’est pas dans le même état qu’elle, alors pourtant que c’est bien lui qui va faire face à l’audience. Il semble calme et posé. En réalité, ce n’est qu’une façade, mais le fait est qu’il se devait de rester calme et détendu. Il entrouvre la bouche une fraction de seconde pour justifier de sa disparition passagère mais la sortie de Presley de la pièce de laquelle il venait de partir suffit à faire comprendre quelle était l’occupation du jeune homme. Ava avait l’habitude de tout cela. Elle travaillait pour Blake Hollister depuis quelques temps maintenant. Et s’ils avaient pour habitude de se tutoyer et de s’appeler par leur prénom en privé, ils tentaient de rester professionnels en public. Elle regarde un instant Presley avant de reporter son attention sur Blake qui semble un bref instant confus. Derechef, ses lèvres se desserrent pour pouvoir s’excuser mais Ava Oberlin lui coupe la parole. « Nous n’avons pas le temps. » Blake acquiesce, pas mécontent de la tournure que prenait les évènements. Ava le connaissait aujourd’hui plus que n’importe qui et savait exactement ce qui valait la peine d’être abordé ou non. Sa relation particulière avec Presley Daniels n’en faisait ainsi pas partie. Aussitôt a-t-elle évacué ce problème, qu’elle se met à parler, à parler à vive allure sans s’arrêter une seule seconde. Blake avait d’ailleurs une certaine admiration face à cette capacité de s’exprimer aussi longtemps sans reprendre sa respiration. Mais le fait est que le temps pressait et qu’elle avait besoin de fournir à Blake les dernières informations importantes et plus encore, de lui expliquer le déroulement des minutes à venir. Elle lui remet une feuille contenant ce qu’on pouvait appeler plus communément une antisèche avant de réajuster le plus rapidement qu’il soit la veste de celui qui n’était autre que son patron, sans qu’il ne sourcille. Ava n’était pas intrusive, ou du moins, elle l’était mais Blake le tolérait. Ce qui était assez rare pour être relevé. Il l’écoute attentivement pendant quelques minutes avant qu’elle n’achève enfin son monologue explicatif et qu’il soit l’heure pour lui de se présenter à son public. A peine lui a-t-il tourné le dos pour rejoindre l’estrade qu’il l’entend à nouveau. Mais pour une information d’un tout autre genre cette fois. « Oh et mademoiselle Fairchild est présente dans l’auditoire. » Un mince sourire rempli de sous-entendus nait immédiatement sur le visage de son assistante alors que Blake n’exprime dans un premier temps la moindre émotion. Ce n’est que lorsqu’il a assimilé l’information qu’il réagit enfin. « Très bien. » Si le ton de sa voix paraît froid et distant, Ava parvint tout de même à lire entre les lignes. Car oui, elle connaissait les moindres des manies, habitudes et surtout non-dits de son patron et ami. Et il lui suffisait de peu pour se rendre compte de l’évidence. Blake était plutôt ravi de la présence de cette fameuse Adelia Fairchild. Non pas parce que cela voulait dire qu’il avait fait venir deux fois de suite une partisane démocrate dont le père évoluait dans la politique dans un sens totalement opposé à Blake –quand bien même il n’était pas mécontent de cela non plus. Mais bien parce qu’il avait apprécié cette femme. Bien sûr, il ne l’avouerait pas –pas tout de suite-, parce que Blake n’était pas le genre à s’étendre sur le moindre de ses ressentiments mais le fait est qu’elle avait fait naître en lui une sensation particulièrement étrange et ce, en une seule et unique rencontre. Elle avait su capter son attention alors même que la salle était remplie de personnes souhaitant s’entretenir avec lui. Elle n’était pas plus que cela intéressée par la politique et pourtant elle était là. Elle l’avait écouté, elle avait bu ses paroles et c’était tout ce qu’il retenait. Enfin, cela et sa capacité déconcertante à être seule dans une pièce. C’était simple, lorsqu’il se trouvait en sa présence, et ce même parmi une foule de personnes, Blake ne voyait qu’elle. Elle et sa beauté envoutante, elle et son sourire charmeur, ses yeux en amande et ses lèvres qui parvenaient à laisser transparaitre des choses qu’elle ne disait pourtant pas à voix haute. En résumé, elle le subjuguait sans même qu’il soit en capacité de résister. Ce même si sur le papier, elle n’était pas faite pour lui et ce même si en théorie, Blake ne faisait pas dans ce genre de sentiment et plus encore de relation. Il reste un instant perdu dans ses pensées, bercées par le souvenir de cette femme magnétique qui faisait naître un homme nouveau sans qu’il ne s’en aperçoive. Ils ne s’étaient vus qu’une seule fois, dans le cadre de l’un de ses discours politique en tant qu’élu, et pourtant, il n’avait cessé depuis, de penser à elle, à cette conversation un brin anodine mais noyée dans un jeu de séduction évident. Puis, il reprend ses esprits et suit très logiquement son assistante qui l’accompagne jusqu’à la scène. Il n’a pas de rituel avant de prendre la parole. Il se contente donc de fermer les yeux quelques secondes pour se concentrer avant de les rouvrir et d’entrer en scène. Quelques applaudissements, quelques mots de présentation et de bienséance précèdent le début de son discours. Puis il se lance, laissant de nouveau sa passion, son implication et son dévouement parler pour lui. Bien sûr, il ne peut s’empêcher, malgré toute sa concentration, de repérer dans la foule, celle qu’il a plus envie de revoir qu’il n’y paraît. Et lorsqu’il le fait, il reste un instant perdu dans son regard avant de détourner les yeux, elle le déstabilise. Et ce n’est qu’à la fin du discours, une fois qu’il a répondu aux questions des journalistes et qu’il a serré les mains de bon nombre de confrères et partisans qu’il peut enfin la voir de plus près. « Mademoiselle Fairchild, seriez-vous en passe de devenir républicaine, au grand désespoir de votre père ? » Un mince sourire arbore les lèvres de l’homme qui vient prendre place aux côtés de la jeune blonde, alors qu’elle venait d’être abandonnée par son interlocuteur –qui n’avait de toute évidence pas le même charme. Elle tourne la tête immédiatement à l’entente de sa voix, afin de lui faire face et ne peut de toute évidence s’empêcher de sourire en retour. « J’aime simplement entendre les avis du parti adverse. » L’attitude de la jeune femme amuse Blake. Parce qu’elle utilise la ruse et les non-dits avec lui, ce qui n’est pas pour lui déplaire. Pour ainsi dire, c’était exactement le genre de comportement qu’il aurait pu avoir. Elle hausse les épaules et affiche cette moue boudeuse qui doit, sans l’ombre d’un doute, en faire flancher plus d’un. Blake le premier malheureusement. Mais il ne se laisse pas démonter et fait perdurer ce jeu auquel ils semblent tous deux aimer jouer. « Si vous me faites l’honneur de votre présence à chacun de mes meetings, vous finirez par adhérer à cet avis, croyez-moi. » De manière générale, Blake était sûr de lui. Il aimait à croire qu’il pouvait faire adhérer n’importe qui à sa cause, à la cause qu’il détendait et aux valeurs qu’il prônait. Et ce même une démocrate, fille d’un concurrent, et pas des moindres. Il tourne les yeux vers elle, et ne peut s’empêcher de sourire à l’expression qu’elle arbore. Elle a haussé les sourcils et ne semble pas tout à fait convaincue. « Je relève le défit. » dit-elle rapidement, retrouvant toute sa fougue amusée par la situation, avant de détourner le regard vers ce qu’ils faisaient tous deux semblant de regarder alors qu’ils mourraient d’envie de se dévorer des yeux. Blake amène ses mains dans son dos qu’il maintient doucement, il ignorait quoi faire de ses bras et il savait que quelque part, cela était dû à la présence d’Adelia. Elle le rendait nerveux, quand personne ne parvenait d’ordinaire à le faire. Cependant, il ne montre rien, parce que c’est comme ça qu’il est, qu’il évolue de manière générale. « Cela veut dire que je vous verrais à chacune de mes prises de parole ? » Il lui jette un regard en biais, histoire de noter la réaction de la jeune blonde. Et si un instant leur regard se croise, ils ne parviennent à soutenir celui de l’autre bien longtemps. Ce qui peut sembler étonnant, à bien des égards, que ce soit du côté de Blake ou du côté d’Adelia. « Peut-être. » Elle se mord doucement la lèvre inférieure, ce qui n’aide absolument pas Blake dans sa tentative vaine de reprendre le dessus sur lui même et cette fébrilité qu’il déteste. « Vous êtes sûre de ne pas être républicaine ? » S’il se moque ouvertement –bien entendu gentiment- de la jeune femme, Blake avait tout de même là, une idée derrière la tête. Son but était évident, il cherchait à lui faire dire quelque chose, lui faire dire que la politique ne l’intéressait guère, qu’elle n’était là que pour lui, mais évidemment, si elle le faisait, les choses auraient été bien trop faciles et la facilité n’était absolument pas amusante du tout. Finalement, Adelia se tourne vers lui avant de lui lâcher quelques mots qui voulaient en dire bien plus long qu’il n’y paraissait. « Il y a bien des choses outre la politique Monsieur Hollister. » Elle capte son regard, lui fait un clin d’œil révélateur avant de finalement tourner les talons pour rejoindre la sortie, le laissant nouvellement seul. Elle savait de toute évidence comment travailler ses sorties. Tant qu’il ne la lâcha pas du regard, et ce jusqu’à ce qu’il ne soit plus en capacité d’observer ce magnifique décolleté dessiné par le dos nu de sa robe, qui mettait de toute évidence sa silhouette en valeur. Indéniablement, Blake Hollister était sous le charme de cette plantureuse blonde qui allait lui donner bien du fil à retordre dans le futur. « On dirait bien que je vais être remplacée dans le cœur pourtant glacial de Blake Hollister. » Blake était parti bien trop loin dans ses pensées pour avoir remarqué la présence de Presley à ses côtés. Tant qu’il sursaute légèrement à l’entente de sa voix. Il tourne le regard vers elle. Elle affiche une moue qui veut en dire long, alors qu’elle se plonge dans son cocktail, ne pouvant s’empêcher de sourire comme une enfant, comme si elle venait de prendre Blake sur le fait. Il lève les yeux au ciel en secouant la tête. On retrouvait là Blake dans toute sa splendeur. « Dis-moi, tu n’es attiré que par des démocrates ou je me trompe ? » C’est fou à quel point Presley pouvait prendre plaisir à le chercher, à le taquiner sur un terrain pourtant houleux avec bien des personnes. Mais le fait est que tout passait bien mieux lorsqu’il s’agissait de Presley. C’était simple, elle pouvait tout dire, tout faire, ou presque, sans qu’il ne trouve à redire. « Elle finira pas être républicaine. » Une fois encore, Blake faisait preuve d’une confiance en lui assez déconcertante quand il savait très bien que finalement, ça n’était pas vraiment ce qui importait. Il se fichait, pour ainsi dire, bien qu’elle soit républicaine ou démocrate pour l’heure. Car leurs échanges allaient bien au delà de la politique et ceci ne ferait que se confirmer par la suite. Parce qu’il était évident que ce n’était ni la première ni la dernière fois qu’il verrait la belle Adelia Fairchild.
C'est dans cette partie que vous allez nous faire part de l'histoire de votre personnage en un minimum de 500 mots. Cette partie est totalement libre, vous pouvez l'écrire tel un journal intime ou nous faire part de juste quelque anecdote sur la vie de votre personnage, c'est totalement libre. Vous pouvez également rajouter des gifs, des citations, de la musique ... Vous avez carte blanche. De plus sachez que le flood peut être toléré sur votre fiche en restant toutefois modéré Vous pourrez également faire un tour sur la partie flood, cependant si vous oubliez votre fiche nous le rappellerons.
© nom du forum 2016


_________________



    one love, two mouths,  one love, one house ≡ no shirt, no blouse just us, you find out.


Dernière édition par Blake Hollister le Dim 19 Fév - 11:26, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Blake Hollister
tradition is a guide and not a jailer
• Here since : 01/07/2016
• Whispers : 189
• ID Card : benzorris ▹ anouchka
• Faceclaims : dylan bruce
• Disclaimers © : © hepburns (avatar) ▹ halsteadwarren, sarahdierden @tumblr (gifs)
MessageSujet: Re: #the ghost of you is close to me.   Dim 13 Nov - 22:29


II.
une citation assez courte sur une ligne
C'est dans cette partie que vous allez nous faire part de l'histoire de votre personnage en un minimum de 500 mots. Cette partie est totalement libre, vous pouvez l'écrire tel un journal intime ou nous faire part de juste quelque anecdote sur la vie de votre personnage, c'est totalement libre. Vous pouvez également rajouter des gifs, des citations, de la musique ... Vous avez carte blanche. De plus sachez que le flood peut être toléré sur votre fiche en restant toutefois modéré Vous pourrez également faire un tour sur la partie flood, cependant si vous oubliez votre fiche nous le rappellerons.
C'est dans cette partie que vous allez nous faire part de l'histoire de votre personnage en un minimum de 500 mots. Cette partie est totalement libre, vous pouvez l'écrire tel un journal intime ou nous faire part de juste quelque anecdote sur la vie de votre personnage, c'est totalement libre. Vous pouvez également rajouter des gifs, des citations, de la musique ... Vous avez carte blanche. De plus sachez que le flood peut être toléré sur votre fiche en restant toutefois modéré Vous pourrez également faire un tour sur la partie flood, cependant si vous oubliez votre fiche nous le rappellerons.
© nom du forum 2016


_________________



    one love, two mouths,  one love, one house ≡ no shirt, no blouse just us, you find out.


Dernière édition par Blake Hollister le Jeu 26 Jan - 13:24, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Blake Hollister
tradition is a guide and not a jailer
• Here since : 01/07/2016
• Whispers : 189
• ID Card : benzorris ▹ anouchka
• Faceclaims : dylan bruce
• Disclaimers © : © hepburns (avatar) ▹ halsteadwarren, sarahdierden @tumblr (gifs)
MessageSujet: Re: #the ghost of you is close to me.   Dim 13 Nov - 22:29


III.
une citation assez courte sur une ligne
C'est dans cette partie que vous allez nous faire part de l'histoire de votre personnage en un minimum de 500 mots. Cette partie est totalement libre, vous pouvez l'écrire tel un journal intime ou nous faire part de juste quelque anecdote sur la vie de votre personnage, c'est totalement libre. Vous pouvez également rajouter des gifs, des citations, de la musique ... Vous avez carte blanche. De plus sachez que le flood peut être toléré sur votre fiche en restant toutefois modéré Vous pourrez également faire un tour sur la partie flood, cependant si vous oubliez votre fiche nous le rappellerons.
C'est dans cette partie que vous allez nous faire part de l'histoire de votre personnage en un minimum de 500 mots. Cette partie est totalement libre, vous pouvez l'écrire tel un journal intime ou nous faire part de juste quelque anecdote sur la vie de votre personnage, c'est totalement libre. Vous pouvez également rajouter des gifs, des citations, de la musique ... Vous avez carte blanche. De plus sachez que le flood peut être toléré sur votre fiche en restant toutefois modéré Vous pourrez également faire un tour sur la partie flood, cependant si vous oubliez votre fiche nous le rappellerons.
© nom du forum 2016


_________________



    one love, two mouths,  one love, one house ≡ no shirt, no blouse just us, you find out.


Dernière édition par Blake Hollister le Dim 13 Nov - 22:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Blake Hollister
tradition is a guide and not a jailer
• Here since : 01/07/2016
• Whispers : 189
• ID Card : benzorris ▹ anouchka
• Faceclaims : dylan bruce
• Disclaimers © : © hepburns (avatar) ▹ halsteadwarren, sarahdierden @tumblr (gifs)
MessageSujet: Re: #the ghost of you is close to me.   Dim 13 Nov - 22:29

-

_________________



    one love, two mouths,  one love, one house ≡ no shirt, no blouse just us, you find out.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Adelia Hollister
tradition is a guide and not a jailer
• Here since : 30/06/2016
• Whispers : 227
• ID Card : Lady Berry/Caroline
• Faceclaims : Blake Lively
• Disclaimers © : © milkovich (avatar) ⊹ fyeahlively + halsteadwarren (gif) ⊹ (quote) ⊹
MessageSujet: Re: #the ghost of you is close to me.   Lun 14 Nov - 10:15

snog snog snog snog snog snog snog seduce seduce seduce seduce seduce seduce hrt eye hrt eye hrt eye hrt eye mais qu'il est parfait ce monsieur Hollister cutie cutie

_________________

    You and I, we're one too many worlds apart It really shouldn't work but it does, and side by side, we're different but somehow the same, it really shouldn't work but it does when it comes to us
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Charlie Hollister
tradition is a guide and not a jailer
• Here since : 03/07/2016
• Whispers : 30
• ID Card : foolish blondie ※ tica
• Faceclaims : holland roden
• Disclaimers © : sparrow (avatar) ※ ohmycrackships (crackship) ※ tumblr (gif) ※ soon (quotes)
MessageSujet: Re: #the ghost of you is close to me.   Lun 14 Nov - 22:45

Mais qu'est ce qu'il est beau mon grand frère chéri lick lick lick lick lick loove loove loove loove luvball luvball luvball luvball lilhrt lilhrt lilhrt

_________________


    {my body aches for this moment} I’m waiting you, still waiting you. Since the beginning I knew that it was you. But you don’t care. That’s fine. I do for both of us, and I’ll continue to care and miss you like nothing else in this world. Bye.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: #the ghost of you is close to me.   

Revenir en haut Aller en bas
 
#the ghost of you is close to me.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HERE WE GO AGAIN :: SEASON ONE :: when the skies are blue-
Sauter vers: